Home Actions de conservation

Actions de conservation

Les actions de conservation accomplies

Identification des ZICO (2005-2007)

Le programme ZICO (Zones importantes pour la Conservation des Oiseaux) a eu pour but d’identifier et de protéger un réseau de sites critiques pour la conservation à long terme des oiseaux du monde. BirdLife International a préparé un programme spécifique pour le Pacifique qui restait une des dernières zones à inventorier.

Le but était d’aider les gouvernements nationaux et les communautés locales à identifier quelles zones étaient les plus importantes pour la protection de la diversité biologique du milieu terrestre et de développer un cadre dans lequel le développement durable de ces zones serait possible. Les inventaires donnant des détails complets sur les sites ont été publiés et ont fourni aux planificateurs et aux décideurs le moyen d’établir des priorités pour les actions de conservation et l’orientation efficace des fonds alloués.

Le projet, financé par la Communauté européenne à hauteur de 78,8% et cofinancé par la Polynésie française pour le reste, était basé à Suva, Fiji, avec des programmes nationaux de terrain à Palau, en Nouvelle-Calédonie, à Fiji et en Polynésie française.

Le programme a permis l’identification de 32 ZICOs en Polynésie française et la mise en place d’une base de données auprès de la DIREN, sur les sites de BirdLife International et de Manu.

Conservation du Carpophage des Marquises ('Upe - Ducula galeata)

Carpophage des Marquises ©Denise Koenig

Carpophage des Marquises©D. Koenig

Cette espèce ne se rencontrait que sur l’île de Nuku Hiva où ses effectifs étaient faibles (140 oiseaux) et menacés par la destruction de leur habitat et le braconnage. L’État a financé ce programme au travers d’une subvention du FIDES (Fond d’Investissement et de Développement Économique et Social) pour entreprendre la première phase de réintroduction du Carpophage des Marquises.

Cinq oiseaux ont été capturés à Nuku Hiva en 2000 et ont été réintroduits dans l’île voisine de Ua Huka pour créer une population de sécurité. Le Ministère territorial chargé de l’Environnement a financé une deuxième translocation, complétée par des financements du WCS (World Conservation Society) et de CEPA (Conservation des Espèces et des Populations Animales). Cette opération s’est déroulée en mai 2003 et 5 nouveaux oiseaux ont encore été introduits sur Ua Huka.

Depuis, cette population s’est développée, elle atteint maintenant une cinquantaine d’individus. De ce fait l’espèce est passée du statut CR “en danger critique d’extinction” à seulement EN “en danger d’extinction”.

Retrouvez ci-dessous les différents Te Manu présentant toutes les étapes du programme de conservation du Carpophage des Marquises :

. N°67 (sept 2009) : Situation du Upe, Carpophage des Marquises
. N°57 (déc 2006) : Programme de suivi des Upe aux Marquises
. N°53 (déc 2005) : Les Upe se portent mieux
. N°48 (sept 2004) : Suivi 2004 des Upe aux Marquises
. N°46 (mars 2004) : Des nouvelles des Upe de Ua Huka
. N°44 (sept 2003) : Translocator 2 – Le retour du Upe
. N°32 (sept 2000) : Le Upe vole à nouveau sur Ua Huka
. N°31 (Juin 2000) : Translocation du Carpophage des marquises

Réintroduction du Lori de Kuhl aux îles Cook

Lori de Kuhl © Jean Kape

Lori de Kuhl ©J. Kape

Le Lori de Kuhl (Vini kuhlii) ou ‘ura, est une espèce d’oiseau endémique de Polynésie, qui n’est plus présente que sur l’île de Rimatara (Archipel des Australes) où sa population totale est de l’ordre de 650 à 750 individus. Lors du séminaire “Manu” qui s’est déroulé en 1993 à Papeete, M. Gerald McCormack du Cook Island Natural Heritage Trust (une agence du gouvernement des Îles Cook) a proposé une stratégie visant à conserver le ‘ura de façon pérenne. L’un des axes préconisés était de rétablir l’oiseau dans une partie de son ancienne aire de répartition. C’est ainsi que la réintroduction du Lori de Kuhl sur l’île d’Atiu (Iles Cook) a été proposée. Le choix des promoteurs du projet s’est porté sur cette île car elle est indemne de rats noirs. Le projet, mené en suivant les lignes directrices de l’UICN, a consisté à capturer 27 oiseaux, à les conserver en captivité quelques jours en attendant leur transfert par avion vers Atiu où ils ont été relâchés. Pour mener cette opération les organisateurs se sont entourés des meilleurs connaisseurs de l’espèce et de spécialistes des translocations. L’ensemble des autorisations nécessaires a été obtenu avant le transfert (Permis CITES, autorisations de capture, certificats sanitaires).

Par ailleurs, cette opération de coopération régionale a permis de resserrer les liens qui unissent encore les populations des Australes et des Îles Cook.

En 2011 un groupe d’enfants de Rimatara s’est rendu à Atiu pour constater le succès de cette opération. On recense désormais une centaine d’individus à Atiu.

Le jeudi 27 avril 2017, Rimatara a célébré les 10 ans de la réintroduction du Lori de Kuhl aux îles Cook.

Retrouvez ci-dessous les différents Te Manu présentant toutes les étapes du programme de réintroduction du Lori de Kuhl à Atiu : A VENIR !

Pages: 1 2 3