Home Le coin des enfants Le coin des légendes

Le coin des légendes

Légendes polynésiennes sur les oiseaux

Les légendes polynésiennes sur les oiseaux sont nombreuses tant ils occupent une place importante dans la culture et le patrimoine des différents archipels. Retrouvez dans cette rubrique les légendes racontées aux Marquises, à Tetiaroa, à Rimatara ou ailleurs.

  • La légende du ‘ura de Rimatara
    Par Puara Utia – Traduite par Siméon Tehio à Philippe Raust

A lire dans le bulletin N°319 (Mai-Août 2010) de la SEO (Société des Études Océaniennes) ou à retrouver en ligne sur le site de Tahiti Heritage.

Autrefois, il y a très longtemps, la marouette Moho était l’oiseau le plus beau de tous ceux qui peuplaient l’île de Rimatara et tous l’admiraient pour ses couleurs chatoyantes. Son plumage multicolore était rouge, bleu, vert, jaune…
La perruche ‘Ura était grise et terne, personne ne l’appréciait malgré ses cabrioles dans les fleurs de bananiers et ses sifflements aigus.
Le ‘Ura devint triste et jaloux du Moho : sa beauté l’obsédait, il fallait qu’il obtienne d’aussi belles plumes que celles de son rival.
Mais comment s’emparer des couleurs du Moho, toujours en éveil ? Il fallait ruser et profiter d’un moment opportun.
Guettant le bel oiseau, le ‘Ura attendit que celui ci s’endorme pour sa sieste pendant les heures chaudes de la journée. S’approchant sans bruit il commença par s’emparer du vert des ailes, puis s’enhardissant il subtilisa le jaune du dos. Le Moho ne bougeant toujours pas, il lui prit le rouge de la poitrine.
Encore quelques minutes et il volait le bleu de la tête.
Mais alors qu’avant d’en finir avec l’orange des pattes, il voulait prendre la couleur rouge des yeux, le Moho sentit le bec du ‘Ura sur sa paupière et se réveilla brusquement. Il vit ce qui lui était arrivé et se trouvant honteux sans son magnifique plumage fila se cacher dans le marécage.
Depuis ce jour le Moho gris, qui a gardé son œil rouge et ses pattes oranges ne se montre plus aux autres animaux et reste terré sous les hautes herbes ne sortant qu’au crépuscule pendant que le ‘Ura batifole haut dans les branches piaillant à tue tête pour attirer l’attention et faire admirer sa beauté.

La légende du ‘ura par les enfants de Rimatara (27 avril 2017).
Photo prise par Jean KAPE lors de la commémoration de la translocation du ‘ura de Rimatara à ‘Atiu aux îles Cook, 10 ans après.