Home Missions d’inventaires

Missions d’inventaires

L
‘association mène de nombreuses missions d’inventaires ornithologiques dans les îles de Polynésie française, de l’organisation logistique à la réalisation sur le terrain. A titre d’exemple, début juin 2012, un groupe de scientifiques (un botaniste, une biologiste marine et cinq ornithologues) venu en voilier a réalisé une mission sur trois atolls isolés et inhabités du sud des Tuamotu : Morane, Vahanga et Tenarunga, très rarement abordés. Le but de cette visite : faire l’inventaire de la faune et de la flore de ces atolls avec comme objectif un projet d’éradication du rat présent sur deux de ces îles.



L’ATOLL DE MORANE
Morane est un refuge particulier pour les oiseaux. En effet, cet atoll n’abrite aucun prédateur introduit tels que les rats ou les chats, ce qui permet aux oiseaux de s’épanouir en toute liberté. Marie-Hélène Burle, doctorante à l’Université de Vancouver, étudie depuis 2007 le Chevalier des Tuamotu ou titi (Prosobonia cancellata), espèce endémique des Tuamotu et menacée de disparition. Aidée de son assistant, François Sanz, elle a estimé la population de titi à plus de 500 oiseaux, ce qui en fait l’atoll le plus riche pour cette espèce. Thomas Ghestemme et Lee Radford de l’association Manu se sont consacrés à l’étude de la Gallicolombe erythroptera ou tutururu, une autre espèce endémique des Tuamotu et en danger critique d’extinction. Malgré des prospections intensives, ils n’ont observé que 2 tutururu sur Morane. Thomas est inquiet : « Le cas des tutururu est extrêmement préoccupant, car Morane était supposée abriter près de la moitié de la population totale de tutururu, soit 50 individus. » Les oiseaux marins sont en revanche présents en grand nombre.


LES ATOLLS DE VAHANGA ET TENARUNGA
Le but de la visite de ces atolls est légèrement différent : ils font partie du groupe Actéon composé de 4 atolls distants de quelques kilomètres les uns des autres. Au nord, Tenararo est un atoll bien préservé, aucun prédateur n’y a été introduit . Il abrite donc de nombreux oiseaux, y compris des titi et des tutururu. Dans le passé, Vahanga, situé au sud de Tenararo, était exploité pour le coprah, mais est désormais est désormais interdit d’accès. Encore plus au sud, Tenarunga est toujours occupé temporairement par des coprah-culteurs venant des atolls avoisinants. Ces deux derniers atolls sont tous les deux connus pour avoir été envahis par les rats amenés accidentellement par les hommes. Ce sont des prédateurs redoutables pour les œufs et les poussins des oiseaux. C’est pourquoi l’association Manu envisage de les éradiquer complètement de ces atolls. L’équipe a recensé au total 2 espèces d’oiseaux terrestres, 6 espèces d’oiseaux marins, dont quelques individus de Pétrels de Murphy (Pterodroma ultima), et 3 oiseaux limicoles incluant le Courlis d’Alaska (Numenius tahitiensis), espèce menacée. Steve Cranwell explique : « La présence d’un nombre plus faible d’oiseaux sur ces atolls comparé à Morane est directement lié à la présence de rats. » Du côté végétation, Fred Jacq mentionne que « l’abandon de l’exploitation de la cocoteraie de Vahanga depuis l’an 2000 permet à la végétation naturelle de reprendre doucement sa place ».