Home Les oiseaux Grand-duc de Virginie

Grand-duc de Virginie

GRAND-DUC DE VIRGINIE

Photo : Anonyme de Hiva Oa


ASPECT ET IDENTIFICATION

56 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. C’est le seul rapace nocturne introduit en Polynésie française. La tête est caractéristique, avec de gros yeux ronds et des oreilles porteuses de plumes érectiles. Son corps est marron, finement strié de blanc et de brun.

Ordre : Strigiformes

Famille : Strigidae

Catégorie : Oiseaux terrestres introduits


DISTRIBUTION

Originaire du continent américain, introduit sur l’île de Hiva Oa en 1927 pour huit dollars afin de combattre l’invasion des rats.


CARACTÉRISTIQUES

Aussi bien les régions littorales que l’intérieur de l’île, mais se reproduit plus dans les zones d’altitude.

« Hou-hou,… » , caractéristiques des hiboux, cris aigus et glapissements.

Rongeurs, lézards, poissons et oiseaux dont malheureusement les espèces endémiques des Marquises.

Niche dans les falaises de Hiva Oa. Sa reproduction a été étudiée en dehors de la Polynésie française. Pond un à cinq œufs blancs incubés 32 à 35 jours. Les jeunes s’envolent à l’âge de 9 à 10 semaines

© Textes : Caroline BLANVILLAIN et SOP Manu

 

Bibliographie :
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/441691
http://avibase.bsc-eoc.org/species.jsp?avibaseid=34D6EE78CA7AE050

NOMS ET ESPÈCE

Nom scientifique : Bubo virginianus (Gmelin, 1788)

DISTRIBUTION
  • Marquises : Hiva Oa
  • Continent américain (originaire).

STATUT ET PROTECTION

Cette espèce est co-responsable, avec le Merle des Moluques, Acridotheres tristis introduit également à Hiva Oa, de la raréfaction de nombreuses espèces endémiques sur cette île tels que le Ptilope du Petit Thouars (Ptilinopus dupetithouarsii), la Rousserolle des Marquises (Acrocephalus mendanae), et la Salangane des Marquises (Aerodramus ocistus). Le Martin chasseur des Marquises (Todiramphus godeffroyi) est désormais quasi-éteint sur Hiva Oa, probablement à cause de l’introduction du Grand duc tandis que les rats pullulent toujours sur Hiva Oa. L’espèce a été classée nuisible en Polynésie française, sa destruction est autorisée et souhaitable. A n’introduire dans une île nouvelle sous aucun prétexte et à éliminer le plus vite possible en cas d’arrivé dans une nouvelle île sous peine de dégâts irréversibles pour l’avifaune.

L’espèce est inscrite sur la liste des espèces menaçant la biodiversité par la réglementation territoriale de Polynésie française. Elle est classée « Préoccupation mineure » (LC) sur la liste rouge de l’UICN.