Home Les oiseaux Pétrel à collier

Pétrel à collier

PÉTREL À COLLIER

Appelé aussi Pétrel de Gould.


ASPECT ET IDENTIFICATION

30 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Sur le dessus du corps, la calotte, le croupion et l’extrémité des ailes sont gris foncés. Un « M » noir s’étire sur les ailes. Le reste est gris tirant parfois sur le blanc. L’œil est surligné d’un fin trait blanc. Le front, les joues et la face ventrale de cet oiseau sont blanches à l’exception d’un collier gris incomplet autour de la gorge et des ailes qui sont bordées de noir sur leur pourtour à l’exception de la bande noire du bord antérieur de l’aile qui s’incurve vers le milieu de l’aile dans sa partie proximale. Son bec, fort et noir, est caractéristique de celui des pétrels : il est crochu à son extrémité et surmonté de deux tubes cornés au bout desquels s’ouvrent les narines. Les pattes sont noir et rose.

Ordre : Procellariiformes

Famille : Procellariidae

Catégorie : Oiseaux marins


DISTRIBUTION

Australie, Fidji, Nouvelle Calédonie, Raivavae (Australes), Tahiti et Moorea (mais l’espèce présente sur ces îles doit être précisée)


CARACTÉRISTIQUES

Pélagique en dehors des périodes de reproduction.

‘kik’ répétés en vol. Au sol, « pee » de plus en plus aigus.

Il plonge pour capturer ses proies : crustacés, céphalopodes et poissons.

Se reproduit en petites colonies éparses de 20 à 50 individus dans des terriers localisés sur les hauteurs.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.


Bibliographie :
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/442285
http://avibase.bsc-eoc.org/species.jsp?avibaseid=6983FAD165D6636B
http://ifrecor-doc.fr/items/show/1283
http://www.birdlife.org/datazone/species/factsheet/22697970
http://www.hbw.com/ibc/species/collared-petrel-pterodroma-brevipes

NOMS

Nom scientifique : Pterodroma brevipes (Peale, 1848)

Noms polynésiens :
Upo’a

DISTRIBUTION
  • Société : Tahiti, Moorea
  • Australes : Raivavae
  • Australie
  • Fidji
  • Nouvelle Calédonie

STATUT ET PROTECTION
A Raivavae, où la population est apparemment minuscule, les menaces sont constituées par les impacts : 1) du feu, directement sur les oiseaux et sur leur habitat (les forêts naturelles), 2) des chèvres qui réduisent la superficie des forêts naturelles, et 3) de la prédation des chats.

Espèce classée « Vulnérable » (VU) sur la liste rouge mondiale de l’UICN mais portée « En danger » (EN) sur la liste rouge 2015 de l’UICN France et Polynésie française.

C’est une espèce protégée en catégorie A par le Code de l’environnement en Polynésie française.