Home Les oiseaux Ptilope de Hutton

Ptilope de Hutton

PTILOPE DE HUTTON

Photo Caroline Blanvillain


ASPECT ET IDENTIFICATION

31 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. C’est un ptilope de grande taille. Une tâche rose s’étend de la calotte au menton. Le ventre est rose à l’avant puis jaune. Les sous-caudales sont roses. La nuque, le dos, les joues, la gorge et la poitrine sont blanc-vert. Tout le reste du corps est vert. Les grandes plumes de la queue et des ailes sont bleu-vert liserées de jaune. Le bec est jaune et les pattes sont bordeaux.

Ordre : Columbiformes

Famille : Columbidae

Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques


DISTRIBUTION

Endémique de Rapa.


CARACTÉRISTIQUES

Autrefois présent des collines boisées aux crêtes, il vit désormais dans les zones de forêts denses en altitude (40-450 mètres). Apprécie les clairières de végétation endémique encadrées par les plantations de pins tropicaux (Pinus sp.).

Roucoulement sur un seul ton « hou, hou, hou… » ou longue note suivie de 3-4 notes plus lentes et de notes accélérées « ooo-o-o-o, oo, oo, oo, o, o, o, o, o, o, o ».

Pour écouter le Ptilope de Hutton :
http://www.xeno-canto.org/species/Ptilinopus-huttoni

Frugivore et nectarivore. Baies et fruits charnus du Goyavier (Psidium guajava), Caféier (Coffea arabica) et des espèces endémiques de l’île (Meryta sp., Omalanthus stokesii, Oparanthus rapensis..). Nectar de fleurs de rata (Metrosideros collina).

Jeunes et nids aperçus de décembre à avril.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.

Bibliographie :
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/418841
http://avibase.bsc-eoc.org/species.jsp?avibaseid=0D3C62C981827B4F
http://datazone.birdlife.org/species/factsheet/rapa-fruit-dove-ptilinopus-huttoni
http://www.hbw.com/ibc/species/rapa-fruit-dove-ptilinopus-huttoni

NOMS

Nom scientifique : Ptilinopus huttoni  Finsch, 1874

Noms polynésiens :
Koko (Rapa)

DISTRIBUTION
  • Australes : Rapa uniquement

STATUT ET PROTECTION

Victime de la disparition et du morcellement des forêts de Rapa, ses effectifs étaient estimés à 270 individus en 1990. L’espèce est vulnérable à l’extinction, il faudrait établir une réserve sur Rapa pour sauvegarder impérativement son habitat de la destruction par les bovins et les caprins et envisager son établissement sur une deuxième île du Pacifique. L’originalité de son habitat par rapport aux autres îles des Australes peut rendre cette démarche difficile.
L’espèce est inscrite en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française. Elle est classée « En danger » (EN) sur la liste rouge de l’UICN.