Home Les oiseaux Rousserolle à long bec

Rousserolle à long bec

ROUSSEROLLE À LONG BEC
Rousserolle à long bec - Photo Jornvall&Shirihai

Rousserolle à long bec – Photo Jornvall&Shirihai


ASPECT ET IDENTIFICATION

19 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Cette espèce présente des phases de couleurs différentes (environ une phase noire pour cinq claires). Les individus clairs sont jaune pâle sur le ventre et la tête. La crête, les ailes et la queue sont un peu plus foncées. Une bande noire traverse l’œil en s’étirant sur l’arrière. Certaines phases noires tendent sur le gris avec des taches plus claires sur le ventre. Les individus les plus noirs sont souvent confondus avec le Monarque de Tahiti (Pomarea nigra) quant à lui beaucoup plus rare. Le bec de cette fauvette est particulièrement allongé. Il est marron à noir tout comme les pattes (alors que chez le Monarque de Tahiti le bec est beaucoup plus court, gris ardoise tirant sur le blanc et les pattes sont bleues).

Ordre : Passeriformes

Famille : Acrocephalidae

Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques


DISTRIBUTION

Présente autrefois à Tahiti, Moorea, Raiatea, Huahine. Cette espèce de Rousserolle était depuis longtemps considérée comme éteinte dans toutes ces îles sauf à Tahiti. Cependant, des témoignages en 2002 confirmaient qu’elle était toujours présente à Moorea.


CARACTÉRISTIQUES

Bosquets de purau (Hibiscus tiliaceus) et de ofe (Schizostachyum glaucifolium) à moins de 800 mètres d’altitude, souvent près des rivières. Parfois présente dans les cocoteraies.

Notes sifflées très variées. C’est le plus mélodieux des oiseaux endémiques vivant encore sur l’île de Tahiti. « chrou… » répétés plusieurs fois en guise d’alarme.

Graines, insectes, lézards et mollusques (escargots et limaces) chassés au sol ou dans les arbres.

De juillet à décembre avec peut être une deuxième période de reproduction de février à juin. Nid en forme de coupe de 10 cm de diamètre. Il est situé entre 3 et 5 mètres de hauteur dans différents arbres (ofe, purau). La ponte est constituée de 2 à 5 œufs bleu-pâle ponctués des taches sombres.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.

Bibliographie :
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/418854
http://avibase.bsc-eoc.org/species.jsp?avibaseid=EC5497E65E28C422
http://datazone.birdlife.org/species/factsheet/tahiti-reed-warbler-acrocephalus-caffer
http://www.hbw.com/ibc/species/tahiti-reed-warbler-acrocephalus-caffer

NOMS

Nom scientifique : Acrocephalus caffer (Sparrman, 1786)

Noms polynésiens :
‘Otatare, oma, mamomo (Tahiti), omaomao (Huahine), komako (Moorea), otiotio, manumanu, manu’ofe (Société)

DISTRIBUTION
  • Société (Tahiti uniquement)

STATUT ET PROTECTION

L’espèce est vulnérable à l’extinction. Elle est présumée éteinte partout sauf à Tahiti et Moorea. Sur Tahiti, l’aménagement des vallées (barrages hydroélectriques, routes, enrochements, constructions, etc…) entraînent une destruction progressive de son habitat. Les espèces introduites (rats, chats, Busard de Gould, Circus approximans, Merle des Moluques Acridotheres tristis) doivent aussi contribuer à sa raréfaction. Les causes de son extinction sur les autres îles sont inconnues.
L’espèce est inscrite en catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française. Elle est classée « en danger » (EN) sur la liste rouge de l’UICN.