Home Actions de conservation

Actions de conservation

Les actions de surveillance

Sauvegarde du Héron strié (‘Ao – Butorides striata patruelis)

La SOP a mis en place un programme de protection et de sauvegarde du Héron strié (Butorides striata) ou ‘Ao en tahitien. Cette sous-espèce endémique ne se rencontre que sur l’île de Tahiti, d’où son importance tant sur le plan écologique que patrimonial. Lors d’une campagne en 2009 destinée à répertorier tous les individus présents sur l’île de Tahiti, seulement une soixantaine d’individus ont été estimés. Un nouveau recensement est en cours depuis le mois de septembre 2017 et les premiers résultats montrent que la population n’aurait pas augmenté significativement.

Héron strié (Photo Luc Franc de Ferrière)

Héron strié@Luc Franc de Ferrière

La rareté du ‘Ao est due principalement à la destruction de son habitat constitué par les formations de Purau, ou Hibiscus des plages, en bordure de rivière et sur le littoral. L’aménagement des embouchures et des rives des rivières, mais aussi l’enrochement des berges, ou simplement la coupe des Purau, privent le héron de sites pour construire son nid et pêcher poissons et crustacés. D’autres menaces difficiles à quantifier peuvent s’ajouter comme la pollution, la raréfaction des proies et la prédation par le Busard de Gould (appelé Epervier à Tahiti).

Héron strié_Papeava@Alain Petit

Héron strié_Papeava@Alain Petit

Dans le cadre du programme de sauvegarde de ce patrimoine, un effort collectif est indispensable afin de permettre la croissance de la population. Une action de préservation de l’habitat est lancée en janvier 2018 sous la forme d’engagements signés par les propriétaires. Des actions de plantations de Purau se dérouleront également tout au long du premier semestre 2018.

Téléchargez la Charte d’engagement pour le Héron strié


Pour communiquer sur le sujet, utilisez : Le Poster Héron strié en format jpg

Veuillez noter le nouveau contact SOP : 40 52 11 00


Retrouvez ci-dessous les différents Te Manu présentant toutes les étapes du programme de protection du Héron strié :

N°70 (juin 2010) : Les hérons striés de la zone urbaine de Papeete
N°66 (avril 2009) : Le Héron strié: un avenir incertain ?
N°65 (janvier 2009) : ‘Ao wanted
N°64 (septembre 2008) : ‘Ao wanted
N°63 (juin 2008) : ‘Ao wanted

Sauvegarde de la Rousserolle à long bec (Manu ‘ofe, otatare – Acrocephalus caffer)

Résumé tiré du rapport DIREN Mai 2018 “Etude de l’évolution de la population de Rousserole de Tahiti”:

Entre juin 2017 et juin 2018, une étude de la répartition de la Rousserolle à long bec (Acrocephalus caffer), espèce endémique classée « en danger » sur la liste rouge de l’IUCN, a été réalisée sur l’île de Tahiti.

39 vallées ont été explorées, presque toutes celles ayant déjà été visitées entre 1986 et 1991, lors du dernier recensement effectué chez cette espèce. La Rousserolle de Tahiti a été trouvée dans 19 vallées, 7 de plus qu’en 1991. Dans ces vallées, un nombre minimum de 181 territoires a été cartographié. En indexant les zones effectivement parcourues aux surfaces disponibles dans des vallées hébergeant des rousserolles, on obtient un nombre maximum de 767 territoires.

Rousserolle à long bec (1)@Alain Petit

Rousserolle à long bec@Alain Petit

La présence de rousserolle dans 8 vallées où l’espèce était déclarée absente auparavant suggère soit une expansion territoriale, soit une méthode de détection plus efficace. Les plus fortes densités de rousserolle se trouvant dans les vallées où le bambou est abondant, cela suggère que cet habitat est primordial pour sa sauvegarde, alors même que les bambous utilisés seraient d’introduction polynésienne.

Rousserolle à long bec@Alain Petit

Rousserolle à long bec@Alain Petit

Dans plusieurs vallées, la rousserolle partage l’habitat avec des espèces exotiques au « tempérament agressif » (bulbul à ventre rouge et martin triste) qui peuvent éventuellement représenter un problème. L’impact de la dissémination actuelle de la Petite Fourmi de Feu dans plusieurs vallées de Tahiti hébergeant des rousserolles est à évaluer ainsi que celui d’éventuelles maladies aviaires présentes sur Tahiti.

Pages: 1 2 3